Île Saint-Louis

L’île Saint-Louis est une île de la Seine située en plein cœur de Paris, dans le 4e arrondissement, juste en amont de l’île de la Cité. L’île Saint-Louis avait une population de 2 465 habitants au 1er janvier 20071. Les habitants de l’île Saint-Louis sont les Ludovisiens2 ou les Ludoviciens3.

L’île Saint-Louis est, avec l’île de la Cité, l’une des deux îles naturelles de la Seine subsistant encore de nos jours à Paris (l’actuelle île aux Cygnes est entièrement artificielle).

Située immédiatement en amont de l’île de la Cité, elle est la plus petite des deux avec une superficie de 11 ha. Elle prend la forme d’un parallélogramme de 525 m sur son grand côté et de 250 m sur son petit côté, orienté dans une direction générale vers le nord-ouest. Sa plus grande diagonale, entre la pointe nord-ouest (place Louis-Aragon) et la pointe sud-est (square Barye), atteint un peu plus de 700 m.

Administrativement, l’île Saint-Louis fait partie de l’arrondissement de l’Hôtel-de-Ville mieux connu sous l’appellation de 4e arrondissement, dont elle marque la limite sud-est. L’île Saint-Louis et la partie orientale de l’île de la Cité forment le quartier Notre-Dame ou 16e quartier de Paris, l’un des quatre quartiers administratifs du 4e arrondissement.

Avant 1860, l’île Saint-Louis faisait partie de l’ancien 9e arrondissement de Paris et formait à elle seule l’ancien « quartier de l’Île-Saint-Louis ».
Sous la Révolution, elle constituait l’une des 48 sections révolutionnaires parisiennes baptisée section de la Fraternité.

L’île Saint-Louis est reliée au reste de l’arrondissement sur la rive droite du fleuve par trois ponts, plus un quatrième qui la relie à l’île de la Cité, et au 5e arrondissement, sur la rive gauche, par deux autres ponts.

L’île Saint-Louis tire son nom actuel (depuis 1725) du roi Louis IX, surnommé Saint Louis, saint patron et ancêtre de Louis XIII. Selon la légende, il avait l’habitude de venir prier sur l’île aux Vaches et y aurait pris la croix avec ses chevaliers en 1269 avant de partir pour la huitième croisade (expédition qui lui sera fatale : Louis IX mourra de dysenterie sous les murs de Tunis un an plus tard).

Après son urbanisation, le centre de gravité de la capitale se déplace en aval du fleuve et l’île Saint-Louis ne connaît que peu de transformations. Le pont Louis-Philippe relie l’île à la rive droite en 186210. Le pont de Sully est construit à l’est de l’île en 1876 en remplacement de deux passerelles11. Le pont Saint-Louis, dernier avatar des passerelles entre les deux îles, est inauguré en 19709.

Depuis le début des années 1980, l’île Saint-Louis est un choix privilégié pour les résidences secondaires ou pieds-à-terre à Paris. À l’intérieur de l’île, les appartements de petites surfaces ont été majoritairement transformés en résidences secondaires12.

L’hôtel Lambert appartenant à Abdallah Ben Abdallah-Al-Thani, de la famille princière du Qatar, a connu un important incendie en juillet 2013.

Avant son urbanisation, le site actuel de l’île Saint-Louis est appelé l’île Notre-Dame. Elle est donnée par le roi Charles le Chauve à l’évêque de Paris en 867. Les chanoines de Notre-Dame en récupèrent la propriété peu après. L’île est reliée à la rive gauche du fleuve par une passerelle à l’emplacement de l’actuel pont de la Tournelle4. Elle sert essentiellement de zone de pâturage et d’entrepôt, mais également parfois à certaines cérémonies parisiennes5.

Au XIIIe siècle, lorsque Paris est fortifié par l’enceinte de Philippe Auguste, un chenal coupe en deux l’île actuelle, alors inhabitée, dans le prolongement des murs d’enceinte. La partie ouest (à peu près les deux tiers) est appelée île Notre-Dame, et la partie est île aux Vaches.

L’île aux Vaches était une île inhabitée essentiellement recouverte de prairies. Elle fut réunie à l’île Notre-Dame située immédiatement en aval à la fin du XVIIe siècle, lors de l’opération urbaine qui contribua à former l’actuelle île Saint-Louis6.

Des projets d’urbanisation de ces deux îles sont élaborés sous le règne d’Henri IV, mais c’est sous le règne de son fils Louis XIII, sous la régence de Marie de Médicis en 1614, que cette tâche est confiée à Christophe Marie, entrepreneur général des Ponts. Il s’agit alors d’une des premières opérations d’urbanisme d’envergure à Paris. Marie s’associe à deux entrepreneurs, Lugles Poulletier et François Le Regrattier, et est chargé à ses frais de combler le chenal, de construire des ponts pérennes et de renforcer les quais, en échange d’un droit sur le lotissement du terrain.

Malgré l’opposition des chanoines de Notre-Dame, l’île est habitée et couverte de maisons depuis environ 16407, les opérations d’urbanisme se poursuivent pendant une trentaine d’années jusqu’à la moitié du XVIIe siècle. Le chenal séparant les deux îles est comblé afin de ne former qu’une seule île. Celle-ci est entourée de quais visant à assurer la stabilité et l’horizontalité de la zone ; leur hauteur permet de maintenir le terrain à l’abri des crues du fleuve. Le plan des rues adopte une forme en damier où les voies de circulation se coupent à angle droit. L’île est structurée par la rue Saint-Louis-en-l’Île, sa principale artère, qui la parcourt pratiquement sur toute sa longueur d’Est en Ouest.

L’île Saint-Louis voit également la construction d’un nombre important d’hôtels particuliers, qui la font surnommer « l’île des palais ». Le lotissement est pratiquement achevé en 16646. Un certain nombre de ces hôtels sont l’œuvre de l’architecte Louis Le Vau (qui s’y installe d’ailleurs avec sa famille en 1639) et de son frère François Le Vau (lui aussi installé sur l’île). Ce dernier dessine les plans de l’église Saint-Louis-en-l’Île, bâtie en 1644.

Plusieurs ponts sont construits afin de relier l’île au reste de la capitale : le pont Marie est achevé en 16358, le pont de la Tournelle en 16564. La liaison entre l’île Saint-Louis et l’île de la Cité, inaugurée vers 1630, s’effondre à plusieurs reprises et sera reconstruite six fois au cours des siècles suivants9.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Log In or Sign Up